14e Symposium EBSI-SIS 2022


Vous trouverez ici les informations sur les communications du 14e Symposium EBSI-SIS 2022 présentées par ordre alphabétique des noms des auteurs.

Here you will find information on the papers of the 14th Symposium EBSI-SIS 2022 presented in alphabetical order by authors’ last names.


Lateef Ayinde*

The state of Open Government Data in Nigeria: Evaluation of the Government Website Lateef Ayinde (Florida State University, Florida, USA)

The study investigates the state of the Open Government Data initiative in Nigeria by evaluating Nigeria’s Open Government Data Portals. It is believed that the first step in exploring the OGD in a country is to identify how robust and up to date the datasets are and activities on the OGD portal. Past studies have not investigated and evaluated the Nigeria’s OGD portals (the ministries and agencies’ OGD portals). The researcher investigates and evaluates the OGD portals for eight weeks. OGD portals (ministries and agencies) at the federal level in terms of OGD portals’ structural and functional characteristics were investigated and evaluated. The researcher found out that the federal government does not own an OGD portal in Nigeria but rather by ministries and agencies. Users’ inputs are not considered when providing datasets on the portal. Lack of precision in data search on the OGD portals and quality data. The researcher identified some policies related to Open Government Data. The researcher suggested the provision of a federal open government data portal, quality data, balancing the supply and demand side of the datasets in Nigeria.

Lateef Ayinde* is currently a graduate teaching assistant and a Ph.D. student in the School of Information, Florida State University. Before attending Florida State, he earned his Master’s in Information Science from the University of Ibadan in Nigeria. He has worked as an Information Service Professional at Lagos Business School and Pan Atlantic University, as well as a Research Fellow at Curtin Open Knowledge Initiative and the Centre for Technology and Culture at Curtin University. He is an academic, researcher, and information professional in the field. Lateef won the best paper in 2021 at Business Information Review, Sage. He has published at Emeraldinsight, Sage among others.

***

Added-on or Built-in? A taxonomy of non-ocularcentric exhibition strategies at institutions of contemporary Ellen Belshaw* (McGill University, Quebec, Canada)

While the prevalence of ocularcentrism – the prioritization of sight above the other senses – has been addressed by scholars regarding anthropology and history museums, it remains a central issue in many museums of art and similar cultural heritage institutions. Experiencing art with senses other than sight are often discouraged in contemporary exhibition spaces, excluding many different modes of creation and participation for both artists and visitors. In some instances, however, other senses are encouraged or required to engage with the contents of exhibitions. By surveying and interviewing professionals working in contemporary art institutions in Canada using qualitative, grounded theory methods, this research endeavored to parse out the factors that have led to the positive inclusion of multi-sensory works of art and/or multi-sensory ways of experiencing art, and what barriers there are for inclusion where this is not standard. Through exploratory research, three distinct categories of strategies to include or create multi-sensory and non-ocularcentric exhibitions in contemporary art spaces emerged and have been modeled in this paper. These categories also have distinctly different motivations for their use, ranging from artistic and curatorial intent to accessibility and education initiatives. Understanding the different types and motivations of exhibition strategies being implemented to produce non-ocularcentric exhibitions, will provide cultural heritage professionals valuable tools to understand and represent a wider range of demographics in the artists they exhibit and the visitors they attract.

Ellen belshaw* (they/them) is an independent curator and master’s student at McGill’s School of Information Studies. They have worked as an archival intern at la Centrale galerie Powerhouse and sat on the board of directors at Ada X for six years, both longstanding feminist artist-run centres in Montreal. While their curatorial work often focuses on relationships, both interpersonal and with the world around us, their current academic research interests pertain to the ocularcentric tendencies of cultural heritage institutions. Following their graduation in spring 2022, belshaw will complete a month-long curatorial residency at Laboratorio Arte Alameda in Mexico City.

***

Mathilde Couderc*

Les personnes ordinaires et la production d’archives à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle. L’archivage de sources particulières dans le département français de la Haute-Garonne Mathilde Couderc (Université d’Angers, France)

En 2014, Pierre Rosanvallon lance le projet « Raconter la vie », pour donner à entendre les vies ordinaires, celles des invisibles, et leurs expériences vécues. Ces personnes, rouages indispensables dans la société, ne se distinguent pas véritablement. Elles n’appartiennent pas à un milieu favorisé, exercent des professions modestes. En somme, elles sont inconnues, mènent en apparence une vie simple. Or, certaines d’entre elles écrivent. Ce mémoire porte ainsi sur l’étude de ces productions « par en bas » et de leur archivage, qui permet notamment d’appréhender des moments singuliers de leur biographie, et de les replacer dans un contexte plus large. De ce fait, il intègre une réflexion sur les écrits ordinaires, tels que des listes de courses, des factures, ou des cahiers scolaires, par exemple, sur les écrits du for privé, et plus largement sur les documents personnels. Comment des documents personnels produits par des personnes ordinaires accèdent-ils au statut d’archives privées ? Comment sont-ils considérés par les chercheurs et le public ? Quels processus d’archivage sont mis en œuvre ?
Je m’appuie plus particulièrement sur l’analyse comparative des politiques de collecte et de traitement des archives produites par des personnes ordinaires dans des services d’archives et de bibliothèques et dans une association d’histoire locale en Haute-Garonne, un département situé au sud- ouest de la France. La réalisation d’une enquête orale et la consultation de fonds d’archives sont privilégiées, dans l’objectif d’établir une synthèse représentative des sources produites par des personnes ordinaires à une échelle réduite.

Mathilde Couderc* J’ai 22 ans et je suis originaire du sud-ouest de la France. Après avoir obtenu un baccalauréat littéraire en 2018, je me suis inscrite dans une licence d’histoire. Au cours de ces trois ans, j’ai développé un intérêt pour les archives, qui s’est concrétisé par mon intégration au master Archives proposé à Angers. J’ai choisi d’orienter mon mémoire sur les liens unissant les personnes ordinaires et la production d’archives car je suis particulièrement intéressée par l’histoire sociale, notamment à l’échelle des personnes humbles. J’ai donc voulu tenter d’analyser leur considération dans les archives, en concentrant mon étude sur un département.

***

Élise Dufeu*

Immigration, mémoire et patrimonialisation. Les archives personnelles des personnes migrantes en Maine-et-Loire Élise Dufeu (Université d’Angers, France)

Ce mémoire de recherche porte sur la valorisation des archives de l’immigration en France aujourd’hui. L’immigration, perçue comme une question sociale dans la société française plutôt que comme un processus historique, est l’objet de nombreux débats dans l’espace public, desquels sont généralement exclues les personnes migrantes et leurs descendances. Pour autant, la valorisation de ces migrations, notamment par le prisme des archives, résulte surtout d’initiatives locales. Ces mises en valeur sont portées par des personnes engagées sur les questions de défense des droits des immigrés et/ou sur la promotion des différentes cultures immigrées, qui sont bien souvent elle-même issues de l’immigration. Dans la première partie du mémoire, il sera question des acteurs de ces valorisations et des actions qu’ils entreprennent. Ces acteurs peuvent être de niveau local ou relever d’une dimension territoriale voire nationale. Les actions peuvent être des collectes d’archives personnelles ou publiques, des expositions, des films, des livres ou encore des récoltes de témoignages oraux et écrits. Aussi, les sources de mon mémoire seront des témoignages de personnes ayant immigré en France et plus particulièrement dans le département du Maine-et-Loire. Ces témoignages seront donc exploités dans la seconde partie de mon mémoire. Il s’agit de mettre en place une série d’entretiens semi- directifs et réalisés, pour la plupart, au domicile même de la personne interrogée. Le thème de cette collecte de témoignage est le rapport émotionnel des migrants à leurs archives personnelles. Le but est de déterminer la place des archives personnelles dans l’espace domestique et le lien qui les unit à leur propriétaire.

Élise Dufeu* Après une licence d’histoire à l’Université d’Angers, j’ai postulé au master Archives proposé par l’Université. Le monde des archives m’intéressait avant même mon entrée en licence, c’est donc tout naturellement que j’ai postulé à ce master. Mes recherches portent sur les archives de l’immigration en France et plus particulièrement sur les archives personnelles des personnes migrantes. En effet, ce thème me tient à cœur. L’immigration est un sujet de société, objets de nombreux débat dans l’espace public français, mais dont sont majoritairement exclus les principaux concernés.

***

Najlah Mohsin Khalaf*

Improve the quality of information using the risk prevention strategy and its procedures in the National Books and Documents Library : “an applied study” Najlah Mohsin Khalaf (University of Mustansiriya, Iraq)

All institutions in general and information institutions in particular, seek to improve the quality of information performance. Those institutions represented by the National Library and Documentation House face several risks that require focusing on a strategy to prevent danger and developing the necessary strategies in accordance with the standards of the International Organization for Standardization ISO. This prompted the researcher to engage in this topic and of what the National Library and Documentation House went through a painful experience and witnessed the destruction of the Iraqi memory, as it was subjected to burning, looting and destruction of most if not all information centers in Iraq. This requires the protection of these institutions, bypassing the theoretical side and working to implement policies and scientific methods in this respect.

The goals of the study :

  1. Improving the quality of information performance and reducing the rate of counterfeiting, manipulation, theft, fraud, crimes through the application of the risk prevention strategy.
  2. Working on building a database using the Microsoft Access database creation and management program that includes (tables, forms, reports, queries) and everything related to this strategy as an electronic record that provides information and statistics for that under the name of (risk management record).
    Expected results
  3. Assessing the level of potential risks and building a strategy for each risk that provides quality information for the decision maker.
  4. Creating database as electronic record that provides information and statistics for that under the name of (risk management record).
    Study Methodology:
    The study relied on two scientific methodologies, namely, the case study approach, and the descriptive analytical approach in identifying and evaluating potential risks.
    Objective limits: improving the quality of information performance by using Risk- prevention strategy and procedures.
    Spatial boundaries: The National Center for Documentation, as it represents an invaluable information wealth.

Najlah Mohsin Khalaf* Education: Master Degree With Grade : Excellence Year 2017. Ph.D student, University of Mustansiriya, College of Ar, Department of Information and Techniques Year 2021-2022. Work Experience : Lecturer at the Institute of Management – Rusafa : Central Technical University. Hobbies: Enjoy reading Poetry and I love gardening.

***

Constance Poitras*

Les compétences en gestion chez les bibliothécaires : une revue de littérature Constance Poitras (Université de Montréal, Québec, Canada)

Cette présentation examine au travers d’une revue de littérature non exhaustive les compétences de gestion nécessaires aux professionnels de l’information se dirigeant vers une carrière de bibliothécaire et souhaitant occuper un poste de gestionnaire en bibliothèque. Cette revue cerne d’abord les compétences de gestion attendues sur le marché du travail, telles que décrites dans la littérature et certains référentiels de compétences pertinents. Par la suite, l’offre de cours de gestion ainsi que les résultats d’apprentissages attendus dans les programmes universitaires en sciences de l’information ont été étudiés afin d’identifier la place accordée aux compétences de gestionnaire. Seules les universités canadiennes ayant un programme accrédité par l’American Library Association (ALA) ont été sélectionnées, permettant de constater une offre disparate d’un établissement à l’autre. Enfin, la littérature étudiée portant sur la perception de ces compétences chez les diplômés et les étudiants des programmes de sciences de l’information permet de constater une certaine insatisfaction quant à la formation reçue chez les premiers et un désintérêt envers ces compétences chez les seconds.

Constance Poitras* terminera ce printemps 2022 sa maitrise en sciences de l’information à l’EBSI après avoir obtenu un baccalauréat en communication organisationnelle en 2020. Elle a été acceptée au doctorat en sciences de l’information pour la rentrée 2022 à l’Université de Montréal où elle souhaite orienter ses recherches vers la bibliométrie, plus précisément sur la mobilité académique.

***

Denise Scandarolli*

Détecter l’intention de manipulation de la désinformation numérique Denise Scandarolli (Université de Montréal, Québec, Canada)

L’affiche a pour but de présenter le devis méthodologique d’un projet recherche portant sur la détection automatique de la désinformation numérique. Ancrée dans la méthode de la fouille de textes, cette étude a deux objectifs spécifiques: 1. Comprendre les caractéristiques textuelles de la désinformation numérique, en mettant en évidence le rôle des éléments culturels de la manipulation d’opinion dans l’élaboration, la diffusion et le partage de ce type de contenu; 2. Développer une approche technique basée sur l’opérationnalisation des singularités culturelles de la manipulation de l’information et de l’opinion, permettant d’assister la détection de la désinformation dans l’environnement numérique à l’aide d’algorithmes d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique.
Les deux hypothèses initiales considèrent que la notion opérationnelle de manipulation permet le développement d’un système de détection automatique plus efficace de la désinformation numérique; et aussi, que la prise en compte des enjeux culturels et linguistiques d’une société permet une meilleure compréhension et reconnaissance de la désinformation numérique, offrant des éléments plus cohérents pour la détection automatique.
Nous présenterons donc les principales discussions qui constituent la conception méthodologique de la recherche relativement aux questions, aux sources, à la collecte de données, à la formation et au traitement du corpus, ainsi que ses forces et faiblesses pour traiter le sujet et les objectifs de cette étude.

Denise Scandarolli* Doctorante en sciences de l’information, je compte plusieurs années d’expérience en recherche académique dans le domaine de sciences humaines. Les enjeux de la construction culturelle du discours qui engendrent la notion de réalité, de véracité et de morale d’un groupe ont toujours été au centre de mes intérêts. Parallèlement à la recherche, j’ai également développé des activités dans le domaine de la gestion de l’information (dans les archives historiques et dans la gestion de l’information numérique), ainsi que des activités pédagogiques, notamment dans le cadre de projets d’apprentissage à distance.

***

Marc-André Simard*

Un bref survol de la Recommandation de l’UNESCO sur une science ouverte Marc-André Simard (Université de Montréal, Québec, Canada)

La Recommandation de l’UNESCO sur une science ouverte a été adoptée par les 193 états membres au cours de la 41e session de la Conférence générale de l’UNESCO en novembre 2021 à la suite d’un processus de consultation multipartite, inclusif et transparent initié lors de la 40e session de la Conférence générale de 2019. L’objectif principal de la Recommandation est de fournir un cadre international pour les politiques et les pratiques de la science ouverte. Plus précisément, la Recommandation vise à fournir une décision universelle et commune des principaux concepts en science ouverte et à établir des valeurs, des principes et des normes pour la science ouverte à l’échelle internationale. Enfin, la Recommandation propose un ensemble d’actions favorisant une mise en place juste et équitable de la science ouverte afin « de ne laisser personne de côté ». Cette présentation vise à discuter des principaux enjeux liés à l’adoption de cette Recommandation.

Marc-André Simard* est étudiant au doctorat en sciences de l’information à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal. Il est actuellement titulaire d’une bourse d’excellence du Fonds de recherche du Québec (Société et culture). Il détient un baccalauréat en philosophie de l’Université Laval et une maîtrise en sciences de l’information de l’Université de Montréal. Il a d’ailleurs obtenu une bourse d’études supérieures du Canada Joseph-Armand Bombardier (CRSH) dans le cadre sa maîtrise dont le mémoire portait sur la production et l’utilisation du libre accès à l’échelle internationale. Ses recherches actuelles portent sur le libre accès, le financement de la recherche et les effets de la pandémie sur les carrières des jeunes chercheur.e.s.

***

Lucile Suire*

L’accessibilité des instruments de recherche en ligne : qu’en pensent les usagers? L’accès aux inventaires depuis la création du World Wide Web Lucile Suire (Université d’Angers, France)

Mon travail porte sur l’accessibilité des instruments de recherche en ligne, en observant le point de vue des usagers. En tant qu’étudiante en archives, j’ai moi même eu du mal à m’y retrouver sur les sites de services d’archives pour retrouver des documents : alors qu’en est-il de ceux qui ne sont pas des habitués des archives ? L’objectif principal de cette recherche est de mettre en lumière les limites de la médiation culturelle et de l’accès à distance des archives dans le cadre général de la mise en valeur du patrimoine archivistique. Ainsi, du point de vue des usagers, le visionnage des instruments de recherche est parfois complexe pour des raisons diverses, mais dont la principale est la non uniformité entre les services d’archives (non uniformité des sites, des formats). Une meilleure compréhension de la part des usagers qui utilisent les sites web des services permettrait, sur le long terme, de faciliter leurs recherches, mais aussi le travail des archivistes, qui n’auraient pas à reprendre systématiquement avec les usagers les recherches dans les inventaires ou montrer sur les ordinateurs de la salle de lecture les démarches à effectuer. Un chemin plus rapide et plus compréhensible vers les fonds permet également de démocratiser l’accès aux archives, vu aujourd’hui comme une activité d’initiés. Les instruments de recherche sont-ils accessibles et identifiables sur les sites internet d’archives ? Quel instrument de recherche est le plus compréhensible pour le primo-visiteur ? La normalisation des instruments de recherche facilite-t-elle la démocratisation des archives ?

Lucile Suire* j’ai 21 ans et je suis en master Archives à l’université d’Angers. J’ai toujours voulu travailler dans les archives, c’est pourquoi je me suis dirigée vers une classe préparatoire à l’Ecole des Chartes à Paris ; j’ai ensuite terminé ma licence d’histoire à la Sorbonne. J’ai souhaité travailler sur ce sujet car il touche aux personnes, aux usagers, ce qui pour moi est le coeur du métier d’archiviste.

***

L’aménagement des services d’archives aux personnes en situation de handicap : aménagement et accueil Camille Taveau* (Université d’Angers, France)

Dans la recherche scientifique, on constate un manque d’étude sur l’accessibilité des services d’archives porté vers les personnes en situation de handicap. Il est pourtant important pour un service d’archives de se rendre accessible à tous et obligatoire par la loi depuis 2005. Le mémoire sera consacré aux actions mises en place pour les personnes en situation de handicap moteur dans les services d’archives. Pour cela, l’état des connaissances présente une étude de la définition du handicap par l’OMS et ce que l’état français considère comme un handicap moteur.
Une recherche sur les bâtiments et les préconisation du Ministère de la Culture sur l’accueil des personnes en situation de handicap moteur. Une dernière partie sur les actions mises en place pour l’intégration des personnes en situation de handicap dans les institutions culturelles, dont dans les services d’archives. Pour l’étude de cas, nous avons sélectionné par le biais des projets scientifiques et culturels, trois services d’archives, les archives départementales de la Viennes, les archives départementales des Deux-Sèvres qui on remporté le premier prix « Patrimoine pour tous » en 2019, et les archives municipales de Saint-Brieuc qui sont lauréat du deuxième prix « Patrimoine pour tous » de 2020. Des entretiens auront lieu avec les responsables de la politique d’accueil des services et les professionnels au contact du public, afin de voir les actions mises en place et les comportements face a une personne en situation de handicap. Des études topographiques seront faites dans les services d’archives départementales pour analyser les méthodes d’aménagements.

Camille Taveau* Pendant que j’effectuais une licence histoire de l’art et archéologie, médiation et conservation du patrimoine à Nantes, j’ai découvert les archives et le métier d’archiviste. Mais surtout, la licence m’a fait connaître et m’a sensibilisé à la question du public empêché qui me tient à cœur. Aujourd’hui, je suis en Master Archives à Angers, très fière d’effectuer une étude sur l’accessibilité des services d’archives pour une partie du public empêché, c’est-à-dire les personnes en situation de handicap moteur. Pour moi, l’accès à la culture est une chose très importante, et cela commence par l’accessibilité.

***

Lylie Trouillard*

Archivistes départementaux, commémorations nationales et passions mémorielles : le bicentenaire de la Révolution française au sein de territoires marqués par la Contre- Révolution (1989-1996) Lylie Trouillard (Université d’Angers, France)

Cette étude s’intéresse aux actions culturelles et éducatives réalisées par les services d’archives départementales lors de commémorations nationales en France ; ici celle du Bicentenaire de la Révolution française (1989). Et plus particulièrement, au sein de territoires où peuvent subsister des tensions mémorielles, ce qui m’amène à réfléchir à la posture de l’archiviste face à celles-ci. Une première partie revient sur l’importance politique de la commémoration de la Révolution, plébiscitée par les services d’archives. Elle propose d’étudier le Bicentenaire à l’échelle nationale mais également au niveau des collectivités locales qui sont elles aussi au cœur du phénomène commémoratif. Enfin, de mettre en avant l’implication des services d’archives, notamment par le biais de leurs actions de valorisation. Une seconde partie se concentre sur la commémoration au sein de trois services d’archives départementales, celles de Maine-et-Loire, Mayenne et Vendée, situés au sein de territoires marqués par la Contre-Révolution. Par l’analyse de dossiers du service, de la presse locale, de catalogues d’expositions, de dossiers éducatifs et d’entretiens variés, l’objectif est de comprendre comment les archivistes ont adapté le contenu de leurs actions culturelles et éducatives pour répondre aux attentes mémorielles de l’État tout en prenant en considération les tensions que celles-ci peuvent engendrer. Il s’agit donc de s’intéresser au contexte de cette célébration dans les départements concernés, de comparer la réponse culturelle et éducative des services ainsi que la position de l’archiviste face aux passions mémorielles.

Lylie Trouillard* Titulaire d’une licence d’Histoire obtenue avec mention « Très Bien » , je suis actuellement en première année de master Archives à l’Université d’Angers. Dans ce cadre, j’effectue un mémoire inscrit dans un champ de recherche portant sur les archives et la société. J’étudie ainsi les actions culturelles et éducatives menées par les services d’archives départementales lors de commémorations nationales en France ; notamment celle du Bicentenaire de la Révolution française (1989). Et plus particulièrement, au sein de territoires où peuvent subsister des tensions mémorielles, ce qui m’amène à réfléchir à la posture de l’archiviste face à celles-ci.

***

Josh Wilson*

“It’s not just about being a good archivist”: Exploring the possibilities of liberatory archival futures Josh Wilson (McGill University, Quebec, Canada)

« How can archives and archival approaches change? How can they better incorporate critical approaches which are geared towards liberatory practice? Working from a social constructivist paradigm and using data collected through semi-structured interviews with archivists, this symposium paper addresses 2 major findings around implementing critical archival approaches in practice. First, participants discussed feeling powerless to change archival practice at traditional archives due to job precarity and discouraging workplace dynamics. Many recounted experiences of resistance and negatively described administrative cultures as de-incentivizing experimentation with new archival practices and perspectives. And second, interviewees highlighted the importance of the possibility of creativity, which was conceived as the ability to experiment with outside-the-box approaches and radically re-think archival problems from a multitude of perspectives. Conversely, participants articulated concerns about barriers in archival environments excluding the possibility for creativity, without which a liberatory archival praxis cannot be envisioned. They noted that the absence of creativity reduces the possibilities of radically different archival approaches and ultimately harms archival transformations.

This paper will explore the relationship between the findings of powerlessness and creativity and clarify the difficulties of putting critical perspectives into practice. From that discussion a larger exploration of archival transformations will emerge, and the paper will theorize how archival environments and archival practice can be disrupted and changed to build a critical, liberatory archival praxis. »

Josh Wilson* (he/him), Master of Information Studies, McGill University.

  • I have a BA in Creative Writing and Philosophy from Concordia University
  • Interested in interdisciplinary research, currently focused on the relationship between critical theory and practice, how archivists use theory, how theory and practice can co-inform one another to build a critical, liberatory future

***

Addressing Transdisciplinary Challenges Through Technology: Immersive Soundscape Planning Tools Richard Yanaky* (McGill University, Quebec, Canada)

I discuss the challenges with transdisciplinary research, and preliminary results of my own transdisciplinary work in progress. Through this, I hope to share methods for productively engaging with those from different fields, as well as professionals outside of academia.

My dissertation centers around the design and development of immersive tools (e.g., Virtual Reality (VR)) to help non-sound professionals plan for better sounding public spaces. Currently, Professionals of the Built Environment (PBEs) (e.g., urban planners and designers do not have adequate access to sound-planning tools; they primarily focus on maximum allowable sound levels, as opposed to creating a pleasant auditory experience for city users. Unfortunately, this lack of sound-planning by PBEs discounts the significant benefits to be had when sounds are properly planned for. Examples include promoting public space utilization, fostering social interactions, and promoting stress recovery by providing a calm environment.

Yet, to solve such a problem, one must draw from many different sources: software development for the tool (computer science); the auditory experience (psychoacoustics); city planning (e.g., urban design and planning); the needs of the city users (sociology), etc. Such a problem requires not only an interdisciplinary solution that considers the above fields, but rather a transdisciplinary solution, as this research must be grounded in the pragmatic needs of professionals from outside of academia, in order to facilitate future adoption and change that may benefit society.

Richard Yanaky* is a PhD candidate at McGill University’s School of Information Studies and is affiliated with the Multimodal Interaction Lab, the Centre for Interdisciplinary Research in Music Media and Technology, and the Sounds in the City team. His main research interests are in helping professionals address real-world issues with new immersive technologies that help us plan for our senses, beyond just our eyes. He currently leads the research and development of a new interactive virtual reality tool to help non-sound professionals design better sounding cities, and thus provide a better city experience to all.

***

A Review of Empirical Studies on Persuasive Technology for Physical Activity: Common Practices and Current Trends Muhe Yang* (McGill University, Quebec, Canada)

As the number of empirical studies on persuasive technology (PT) is increasing, prior reviews focused primarily on the application and effectiveness of PT systems, while paying scarce attention to how studies were conducted. We present a methodological review of empirical studies on persuasive technology for promoting physical activity. This review includes 37 papers published in peer-reviewed venues, grouping them into three categories based on their research objectives: to design PT systems, to evaluate PT systems, and to examine the elements involved in PT. Through the in-depth analyses and syntheses of methodologies, we identify the common practices for each category respectively, and highlight current trends and research opportunities, which could provide a practical guide for future research.

Muhe Yang* is a PhD student in the School of Information Studies at McGill University. Her doctoral research in human computer interaction focuses on designing health-related behavior change technology for older adults.

*********